Citations

À méditer…

champs-fleur-couleur-vie-citation-méditer

JE SUIS LE DIEU D’ABRAHAM, LE DIEU D’ISAAC, ET LE DIEU DE JACOB. DIEU N’EST PAS DIEU DES MORTS, MAIS DES VIVANTS. (MATTHIEU 22:32)

 

LE GRILLON

UN PAUVRE PETIT GRILLON 
CACHÉ DANS L’HERBE FLEURIE
REGARDAIT UN PAPILLON 
VOLTIGEANT DANS LA PRAIRIE.
L’INSECTE AILÉ BRILLAIT DES PLUS VIVES COULEURS ;
L’AZUR, LA POURPRE ET L’OR ÉCLATAIENT SUR SES AILES ;
JEUNE, BEAU, PETIT MAÎTRE, IL COURT DE FLEUR EN FLEUR,
PRENANT ET QUITTANT LES PLUS BELLES.
AH ! DISAIT LE GRILLON, QUE SON SORT ET LE MIEN 
SONT DIFFÉRENTS ! DAME NATURE 
POUR LUI FIT TOUT, ET POUR MOI RIEN.
JE N’AI POINT DE TALENT, ENCOR MOINS DE FIGURE.
NUL NE PREND GARDE À MOI, L’ON M’IGNORE ICI-BAS :
AUTANT VAUDRAIT N’EXISTER PAS.
COMME IL PARLAIT, DANS LA PRAIRIE
ARRIVE UNE TROUPE D’ENFANTS :
AUSSITÔT LES VOILÀ COURANTS
APRÈS CE PAPILLON DONT ILS ONT TOUS ENVIE.
CHAPEAUX, MOUCHOIRS, BONNETS SERVENT À L’ATTRAPER ;
L’INSECTE VAINEMENT CHERCHE À LEUR ÉCHAPPER,
IL DEVIENT BIENTÔT LEUR CONQUÊTE.
L’UN LE SAISIT PAR L’AILE, UN AUTRE PAR LE CORPS ;
UN TROISIÈME SURVIENT, ET LE PREND PAR LA TÊTE : 
IL NE FALLAIT PAS TANT D’EFFORTS 
POUR DÉCHIRER LA PAUVRE BÊTE.
OH ! OH ! DIT LE GRILLON, JE NE SUIS PLUS FÂCHÉ ;
IL EN COÛTE TROP CHER POUR BRILLER DANS LE MONDE.
COMBIEN JE VAIS AIMER MA RETRAITE PROFONDE !

POUR VIVRE HEUREUX, VIVONS CACHÉS. (JEAN-PIERRE CLARIS DE FLORIAN [1755-1794])

 

IL N’Y A PAS PLUS GRAND GOUROU QUE LA VIE ELLE-MÊME (JEAN-PIERRE GENEL)

 

SEUL LE TRÈS IGNORANT OU EXTRÊMEMENT INTELLIGENT PEUT RÉSISTER AU CHANGEMENT (SOCRATES)

 

LE MONDE NE SERA PAS DÉTRUIT PAR LES GENS QUI FONT DU MAL, MAIS PAR CEUX QUI LES REGARDENT SANS RIEN FAIRE (ALBERT EINSTEIN)

 

SI VOUS N’ÊTES PAS CAPABLE D’EXPLIQUER QUELQUE CHOSE À UN ENFANT DE 6 ANS, C’EST QUE VOUS NE LE COMPRENEZ PAS VOUS-MÊME (ALBERT EINSTEIN)

 

UN JOUR, DIS LA LÉGENDE, IL Y EUT UN IMMENSE INCENDIE DE FORÊT. TOUS LES ANIMAUX TERRIFIÉS, ATTERRÉS, OBSERVAIENT IMPUISSANTS LE DÉSASTRE. SEUL LE PETIT COLIBRI S’ACTIVAIT, ALLANT CHERCHER QUELQUES GOUTTES AVEC SON BEC POUR LES JETER SUR LE FEU. APRÈS UN MOMENT, LE TATOU, AGACÉ PAR CETTE AGITATION DÉRISOIRE, LUI DIT : « COLIBRI ! TU N’ES PAS FOU ? CE N’EST PAS AVEC CES GOUTTES D’EAU QUE TU VAS ÉTEINDRE LE FEU ! » ET LE COLIBRI LUI RÉPONDIT : « JE LE SAIS, MAIS JE FAIS MA PART (LÉGENDE AMÉRINDIENNE DU COLIBRI RACONTÉE PAR PIERRE RABHI)

 

SOIS TOI-MÊME, CAR LES AUTRES SONT DÉJÀ PRIS (OSCAR WILDE)

 

SI JE SUIS CE QUE JE POSSÈDE, ET QUE JE PERDS TOUT CE QUE J’AI, QUI SUIS-JE? (ERICH FROMM)

 

LA VIE EST AVENTURE, PAS MALHEUR (JAMES BROUGHTON)

 

L’HOMME N’A JAMAIS ÉTÉ AUSSI MALHEUREUX QU’EN CE MOMENT OÙ IL ACCUMULE TANT (CHEIKH HAMIDOU KANE)

 

LE PLUS IMPORTANT N’EST PAS DE SAVOIR SI ON EST VIVANT APRÈS ÊTRE MORT, MAIS D’ÊTRE VIVANT AVANT D’ÊTRE MORT (GUILLAUME MUSSO)

UN ÊTRE HUMAIN EST UNE PARTIE D’UN TOUT QUE NOUS APPELONS: UNIVERS. UNE PARTIE LIMITÉE DANS LE TEMPS ET L’ESPACE.
IL S’EXPÉRIMENTE LUI-MÊME, SES PENSÉES ET SES ÉMOTIONS COMME QUELQUE CHOSE QUI EST SÉPARÉ DU RESTE, UNE SORTE D’ILLUSION D’OPTIQUE DE LA CONSCIENCE.
CETTE ILLUSION EST UNE SORTE DE PRISON POUR NOUS, NOUS RESTREIGNANT À NOS DÉSIRS PERSONNELS ET À L’AFFECTION DE QUELQUES PERSONNES PRÈS DE NOUS.
NOTRE TÂCHE DOIT ÊTRE DE NOUS LIBÉRER NOUS-MÊMES DE CETTE PRISON EN ÉTENDANT NOTRE CERCLE DE COMPASSION POUR EMBRASSER TOUTES CRÉATURES VIVANTES ET LA NATURE ENTIÈRE DANS SA BEAUTÉ. (ALBERT EINSTEIN)